About NODC

DEPARTEMENT DES SCIENCES MARINES (DESMAR)

1. Définition:

Le Département des Sciences Marines est une structure de recherche dont l’objet porte sur l’océan et le littoral. Son approche est pluridisciplinaire et concerne l’océan et le littoral dans leurs dimensions humaine, sociale, économique et écologique.

Avec un linéaire côtier de plus de 900 km et d’un grand domaine maritime sur la façade atlantique estimé à environ 265 000 km², le Gabon se caractérise par une diversité de côtes abritant une grande diversité d’écosystème aquatiques. Mais la hausse du niveau de la mer, l’érosion des côtes et l’absence d’un plan d’aménagement cohérent de l’espace littoral menacent leur pérennité. Fort de ce constat et pour prévenir à la fois les crises que subissent les littoraux, la création d’une unité de recherche spécialisée dans les problématiques océaniques se justifiait largement au sein du CENAREST. Ainsi, l’Institut de Recherche en Sciences Humaines (IRSH) du CENAREST créé en son sein, en décembre 2005, le Département des Sciences Marines (DESMAR).

2. Objectifs poursuivis:

Les objectifs poursuivis (domaines de recherche) par le département des sciences marines sont:

  • Suivi et compréhension des conséquences du réchauffement climatique à travers l’analyse de l’érosion côtière et la submersion des terres basses côtières;
  • Suivi et connaissance de la dynamique des eaux littorales dans leurs relations avec les activités humaines;
  • Création, mise à jour de bases de données et gestion de l’information océanographique;
  • Suivi et connaissance des activités maritimes et portuaires à travers l’analyse des acteurs de la filière maritime au Gabon.

3. Laboratoires:

Les objectifs cités précédemment sont développés au sein des laboratoires suivants:

Centre National des Données et de l’Information Océanographique (CNDIO) qui a pour principale mission la gestion (collecte, traitement, stockage et diffusion) des données et information océanographiques.

Gestion des Risques et des Espaces Humides (GREH) qui a pour principale mission le suivi et la compréhension des changements climatiques

Laboratoire de Recherche sur les Systèmes Portuaires (LARESPO) qui s’occupe de l’activité maritime

4. Travaux en cours:

Le département des sciences marines, à travers ses trois laboratoires, mène actuellement les programmes suivants:

Suivi et compréhension de l’érosion côtière au Gabon.

Le DESMAR entreprend des campagnes de collecte de données relatives au suivi et à la compréhension de la dynamique du trait de côte et à la submersion des terres basses.

Ce programme de recherche s’effectue dans la baie d’Akouango, le parc national de Pongara, l’île Mandji et le parc national de Mayumba.

Qualité des eaux littorales.

Ce programme consiste à mesurer les paramètres physico-chimiques des eaux du littoral de Libreville (de La Sablière à Owendo). Ainsi, le DESMAR anime, au terme de chaque année, une conférence de vulgarisation des résultats préliminaires au CENAREST.

Suivi et connaissance de la biodiversité aquatique : ressources halieutiques et pêche artisanale

Le DESMAR, entreprend depuis 2009, des campagnes de collecte de données inhérentes à la pêche artisanale dans la baie d’Akouango. Ces campagnes pourraient s’étendre à d’autres sites (Akanda, Mayumba, etc.), selon la disponibilité de moyens financiers et logistiques.

5. Coopération:

La mise en œuvre de ces programmes est rendue possible grâce au soutient et à l’appui technique de plusieurs partenaires notamment:

  • Gabon Port Management (GPM);
  • La Direction Générale des Etude et Laboratoires du Ministère des Mines (DGEL);
  • Direction Générale de la Géologie;
  • Institut de Recherche Agronomique et Forestières (IRAF);
  • Universités de Perpignan et de Rennes 1 (Accueil des étudiants en stage);
  • Université de Nantes (Projet de publication commune d’un ouvrage sur les littoraux du Gabon).

MTCA :

  1. Agence Nationale des Parcs Nationaux;
  2. Wildlife Conservation Society;
  3. Aventures Sans Frontières;
  4. World Wildlife Fund (WWF).

Perspectives:

Le DESMAR entend continuer ses campagnes de collecte de données en les élargissant à d’autres sites du Gabon. Ceci nécessite des moyens financiers et logistiques conséquents.